Comme si la promotion de l’un ne pouvait jamais se faire qu’au détriment de l’autre. Il s'agirait plutôt de protéger l'individu contre les dérives de la société. Sans lui, pas de race, pas d’humanité, pas d’État. Ne www.philosophons.com avant ! C’est vrai que la persécution et l’ostracisme ont toujours frappé les individus ayant fait preuve d’anticonformisme, mais la clairvoyance, l’abnégation et le courage ont parfois permis à ces bannis de finir par être compris et suivis par leur société. Le second, souvent associé au vocabulaire des machines, signifie opportunité / chance lorsqu’il est... Les cahier publics par thèmes pour extériorisation. Il arrive en effet, que par ingéniosité, par réussite, par éloquence ou par sophisme, on embarque tout le monde dans ses positions et croire ainsi avoir raison, alors qu’on est dans l’illusion. Dans le milieu familial, amical, sportif, associatif, … c’est l’individu ; dans le milieu professionnel, c’est le travailleur et dans l’espace public, le citoyen…. En tout cas, elle a révélé à la fois nos faiblesses et la nécessité d’agir solidairement pour mieux vivre ensemble... Coronavirus, une grave crise pour les hommes et les femmes, une opportunité pour l’humanité ? C’est dire donc que l’individu est une notion souvent péjorative : il est une réalité privée face à la société qui a une dimension collective, coercitive et transcendante. Il y a donc une différence entre ce que l’on peut penser et ce que l’on doit faire, tout en tenant compte du milieu dans lequel la personne évolue et sa part qui agit. Linfluence sociale ou la pression sociale est l'influence exercée par un individu ou un groupe sur chacun de ses membres dont le résultat est d'imposer des normes dominantes en matière d'attitude et de comportement. De fait, il ne peut y avoir de « sociétés sans individus » et « des individus sans société » (p. 129). Affiliation : Forme de sociabilité de l’être Humain qui s’exprime par un besoin fondamental de pouvoir compter sur les autres en s’appuyant sur eux. L’art Du contrat social de Rousseau livres I et II. Sans lui, pas de race, pas d’humanité, pas d’État. On peut avoir raison contre un fait mais pas contre les faits en général. Il lui faut contrôler et tenir en place tout son organisme, sous peine de mourir. Ce n’est que par ce biais que l’individu peut à la fois comprendre la société et ses propres initiatives. La raison peut-elle être sa propre norme ? Faire son devoir, est-ce un choix ? Par le peuple, pour le peuple, au nom du peuple, oui, mais choisi parmi ceux qui savent de quoi ils parlent, peut-être un peu plus expérimentés que le commun des citoyens et c’est tant mieux comme ça, il ne suffit pas d’avoir de vagues connaissances, ou alors peut être dans certains pays…. En agissant de telle ou telle façon j’influe aussi sur ce qui va arriver à l’autre. Si l’on veut vraiment une possible intervention du peuple, directe, immédiate, en amont des actions politiques menées, alors il faudrait repenser notre mode de gouvernement, voire notre société. Nous sommes formés, éduqués, façonnés par notre société, c’est elle qui fait de nous ce que nous sommes, c’est elle qui nous inculque le savoir que nous instrumentalisons pour la combattre. Hegel a dit que « nul ne peut dépasser l’Esprit de son peuple, pas plus que nul ne peut sauter par-dessus sa silhouette » : sous ce rapport, même quand on paraît avoir raison contre sa société, on a, en réalité, raison avec elle ou même par et pour elle. Sujet 6053 La société corrompt-elle l'homme ? L’individu, maitre réel de notre personne, doit être raisonné dans ses interventions dans l’état de travailleur et dans celui de citoyen. Il y a des conditions pour que celle-ci puisse s'appliquer dans le monde réel. Un site de philosophie avec des corrigés, une frise interractive, un forum, des débats, des travaux philosophiques On se demande si on peut avoir raison seul contre tous ? Il s'agirait plutôt de protéger l'individu contre les dérives de la société. L’homme a des droits, des libertés, des devoirs et des envies. Ce qui relie ces deux entités « l’individu » et la « société », c’est le lien social en tant qu’interaction majeure dans les différentes configurations dans lesquelles entrent ces deux entités. Bergson a dit avec raison que tout désordre est pour un ordre et qu’inversement tout ordre est pour un désordre. L’individu peut-il avoir raison contre sa société ? Si autrui décide à ma place, je deviens — selon la position de Kant (1967) — un mineur. Le sujet pose la question délicate du rapport de l’individu avec la société. Ainsi, la société de l’émotion permet de capter un lecteur, un téléspectateur, de lui faire abandonner son quotidien, sa réalité, et de lui ôter sa raison. La première, comme la fée penchée sur le berceau de la sociologie depuis sa naissance, est en fait inhérente à la modernité et à son approfondissement dramatique lors des grandes révolutions politiques, sociales, économiques, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Cet esprit critique est essentiel au bon fonctionnement de toute société, et même de tout État institué. C’est la conscience de l’existence d’un état de citoyen qui doit nous amener à ne pas être individualiste mais utilitariste. La société humaine fonctionne suivant deux pôles : l’économique et le politique. Comment faire société et œuvrer ensemble à une société meilleure, dans le respect de notre environnement ? Si autrui décide à ma place, je deviens — selon la position de Kant (1967) — un mineur. L'homme a en effet besoin de son semblable pour se perfectionner et l'individu au sens absolu, c'est-à-dire strictement seul et isolé, n'existe pas. Personne considérée indépendamment de la société. C’est en étudiant des sociétés qu’on appelle aujourd’hui premières que l’ethnologue Pierre Clastres découvrit que l’État tel que nous le connaissons n’est pas une nécessité. du moins je le conçois ainsi. Le pouvoir politique peut-il appartenir à ceux qui sont gouvernés? Ne www.philosophons.com avant ! Cela a-t-il un sens de vouloir comprendre qui je suis ? Sujet 5511 Ce positionnement était prévisible et il suffit de regarder les comportements routiers et ce sentiment de toute puissance et de protection de certains qui se dispensent de respecter les règles. Sinon dans quelle mesure un individu peut-il convaincre sa société, avoir le droit ou la justice contre elle, c’est-à-dire à son détriment ? Le premier caractère « danger » représente un homme au bord d’un précipice. Si par contre l'individu justifie d'une justification empirique (c'est-à-dire par son vécu quotidien devenu une routine) et qu'il sait injustifiable devant le tribunal de la raison n'importe quelle action, il s'expose au danger réel d'avoir à lutter contre ceux qui adhèrent à d'autres systèmes du même type ; il … • Madame de Lafayette accorde une grande importance à l'Histoire dans ses récits, comme le montre par ailleurs la publication de La Princesse de Montpensier dès 1662. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué lundi que la vaccination contre la COVID-19 ne devait pas être rendue obligatoire, sauf dans … – A partir du moment où un modèle peut avoir une face positive et une face négative, il n’y a pas de modèle parfait. Résumé : la pandémie de Covid-19 est peut-être liée à l’action de l’homme sur l’environnement. Si la raison peut parfois convaincre, elle seule ne peut changer le monde et la société. La vie commence et finit avec l’homme, l’individu. Il y a bien entendu interconnexion entre chaque état, avec une prédominance de l’individu, donc de l’éthique, de la morale, des valeurs qui le caractérise. La violence peut-elle avoir raison ? -  C’est vrai qu’il arrive que des héros et des saints réforment radicalement leur société en réussissant à convaincre de la justesse ou de la véracité de leur vision, mais ils restent quand même des produits de leur société. Devoir: ES: ... Peut-il y avoir une société sans Etat ? Jules Romains "Deux excès : exclure la raison, ... "Il faut avoir la force de sa raison et non la raison de sa force." Raison de plus pour donner toute sa place à l’individu, et donc au citoyen, dans toutes les phases de la vie publique. Sujet 2134 La société améliore-t-elle l'être humain ? Sur quoi prétendons-nous fonder la conviction d'avoir raison ? Ce n’est que dans la mesure où l’individu porte préjudice à autrui, et non à lui-même, que la société peut exercer sa puissance de contrainte ; car l’individu, s’il est un « sujet » du corps social, est en revanche souverain en ce qui le Il faut noter que plus tardivement, mais tout aussi violemment l’Islam s’est insurgé très violemment contre cette théorie. La vie commence et finit avec l’homme, l’individu. l’individu aux autres individus. Socrate refusa leur offre et leur expliqua que lui qui a été le fruit d’un mariage selon les lois et coutumes grecques, qui s’est lui-même marié suivant ces mêmes lois, lui qui est devenu tout ce qu’il est devenu grâce aux lois grecques, ne trouvait pas juste de chercher à échapper à la sentence que le peuple grec lui a infligée. Dans leur travail quotidien, il arrive que les scientifiques soient isolés du courant général de la société et aient du mal à être clairement conscients des besoins du public. Peut-il y avoir de mauvais usages de la raison ? 1Aborder aujourdhui les relations de lindividu et de la société, du point de vue sociologique, cest entrer dans une double guerre civile. Dans ce sens précis un révolutionnaire qui vient proposer un ordre nouveau est sans doute frappé au début par le bannissement, mais s’il réussit à mobiliser autour de sa conception il peut finir par avoir raison contre sa société. Les actes sociaux demandés au citoyen, plus contraignant, nouveaux, qui plus est dans un contexte anxiogène, sont remis en cause par l’individu qui au regard de sa situation personnelle, place le curseur du confinement là où il le veut et non là ou on lui impose. Le couple individu/citoyen renvoie aux enjeux essentiels de la philosophie politique moderne. L’individu est un élément de la société, une partie de celle-ci : il est considéré par P. Foulquié comme l’opposé de la personne, « l’individu est à lui-même sa propre fin, tandis que la personne a des fins qui la dépassent ». Une société doit chercher à concilier liberté et égalité. Comprendre que l’homme n’a pas un état unique c’est déjà repenser son positionnement dans chacun des pans principaux de sa vie. Annales 2017 - Défendre ses droits, est-ce défendre ses intérêts ? Donc le Darwinisme nous demande fortement de témoigner d’une humilité certaine. Orient de Clermont-Ferrand, Mettons un mammifère. Le sujet pose la question délicate du rapport de l’individu avec la société. Et plus il est élevé, plus l’immunité collective devra être importante. Philagora, ressources culturelles, un groupement de sites gratuits en langue française pour la diffusion conviviale de la culture qui cherche l'harmonie du texte des couleurs et des sons en s'adressant à tous, les petits comme les grands C’est ce qui fait que dans l’histoire, des individus ont souvent été en conflit avec leur société : Socrate, Galilée, les prophètes, les révolutionnaires etc. Ce « terrain commun » est la représentation de la société sans laquelle l’individu n’est rien. Sujet 102733 Peut-il y avoir une science de l'inconscient ? L’individu est un élément de la société, une partie de celle-ci : il est considéré par P. Foulquié comme l’opposé de la personne, « l’individu est à lui-même sa propre fin, tandis que la personne a des fins qui la dépassent ». Pour ma part j’en dénombrerais trois : l’individu – le travailleur – le citoyen. Or, dès lors qu’un individu accepte volontairement le dialogue, il ne peut y avoir d’obstacle, dans l’absolu, à … Peut-il y avoir de mauvais usages de la raison ? Du contra social de Rousseau Livres III et IV. Ils e… Non bien entendu. "L'individu ne peut pas avoir raison indéfiniment contre l'humanité. Aussi bien dans la sphère économique que dans celle politique l’individu est souvent en conflit avec la société car cette dernière exige de l’individu de l’obéissance ou des sacrifices qui peuvent lui est paraître contraignants. C'est en ce sens que la société a raison de l'individu, comme lorsque La Fontaine constate que "la raison du plus fort est toujours la meilleure". RAISON: S: NORMALE: 2011: MÉTROPOLE: La raison nous permet-elle de dépasser nos conflits? Pour le citoyen, sa part d’individu doit accepter la délégation de la gestion de quelques-unes de ses libertés tel que prévu dans le contrat social et accepter parfois temporairement, quelles soit un peu plus restreintes. Pas même de société. C'est selon eux une situation hypothétique, une méthode, un lieu dans le quel vivait les hommes avant toute société : l’Etat de nature. L'une des conditions à cette application est la capacité à transmettre à d'autres pour que collectivement cette raison puisse changer la société. En temps normal les frontières entre ces positions sont déjà poreuses ne tenant qu’en raison d’une morale, une éthique, un règlement, une loi et la conviction qu’il faut s’y conformer. Sujet 690 Peut-il y avoir un mauvais usage de la raison ? ... on peut avoir une autre impression. Sujet 5511 C’est dire donc que l’individu est une notion souvent péjorative : il est une réalité privée face à la société qui a une dimension collective, coercitive et transcendante. PHILOSOPHIE : Peut-on avoir raison seul contre tous ? Ce serait ôter à chacun son moyen, sa raison d’existence. Sujet 6053 La société corrompt-elle l'homme ? Dans ce sens avoir raison contre sa société devient plus problématique. Aujourd’hui c’est un fait banal d’avoir raison contre sa société, car des privés remportent tous les jours leur procès contre l’État. - La société exige des individus le conformisme et tend vers un certain conservatisme, mais l’expérience montre que les grandes idées qui ont changé le monde sont le fruit de réflexion et d’engagement avant tout personnels. L’ai-je pris en compte dans mon choix d’action ? L’anarchie est donc ce que la mégamachine craint le plus. - Socrate, Jésus (psl), Mahomet (psl) ont tous eu des conflits avec leur société, ils sont été persécutés, les deux premiers ont même été assassinés sur l’autel du conservatisme, mais tous les trois ont en fin de compte eu raison contre leur société. Remettre totalement en cause cet état ce n’est pas lutter contre telles ou telles décisions ponctuelles, nouvelles, mais ça devrait être plutôt pointer du doigt la « constitution ». Cette société ne peut donc pas se permettre de perdre un de ses éléments vitaux. Il peut monter jusqu’à 17 pour la rougeole. L’individu est enserré dans un tissu social qui va amener des contraintes, qui va avoir une influence et qui va orienter ses actions et sa manière d’être. Aussi bien dans la sphère économique que dans celle politique l’individu est souvent en conflit avec la société car cette dernière exige de l’individu de l’obéissance ou des sacrifices qui peuvent lui est paraître contraignants. Si avoir raison contre quelqu’un c’est dire la vérité face à quelqu’un qui est dans l’erreur alors que la société transcende l’individu : n’est-ce pas là un paradoxe ? Dans La Princesse de Clèves, elle propose au lecteur du xvii e siècle un voyage dans le temps en lui ouvrant les portes de la cour d'Henri II. » (Bakounine, Lettre de 1872). Il y a bien entendu interconnexion entre chaque état, avec une prédominance de l’individu, donc de l’éthique, de la morale, des valeurs qui le caractérise. L’expression « avoir raison » signifie être du côté de la vérité : « avoir raison contre sa société » suggère donc que celle-ci est dans l’erreur, l’illusion, la faute ou l’injustice, et que soi,  par contre, on est dans la sphère de la vérité, de la justice. Bergson explique ce phénomène par le contraste qu’il voit entre ce qu’il appelle la « morale close » et la « morale ouverte » : une morale « close » est faite d'interdits et d'obligations, elle est l’expression de la pression sociale. « La politique […] doit avoir pour objet immédiat et unique la destruction des États. L’œuvre d’art a-t-elle pour fonction de dire quelque chose ? Si l’individu n’existe et ne s’épanouit que dans sa société, comment peut-il avoir raison contre sa société ? Raison: L: Orléans-Tours: 1980: Faut-il donner un sens à la souffrance ? L’ordre en tant que commandement, autorité ou harmonie est toujours érigé contre un désordre entendu comme disharmonie, anarchie : un ordre peut être irrationnel, injustice et arbitraire. Sujet 2134 La société améliore-t-elle l'être humain ? Région Région 5 Centre. La société a-t-elle nécessairement raison contre l'individu ? On oppose très souvent l’individu et la société. Quel est le statut de l'individu devant l'unité apparente du collectif ? F La société humaine fonctionne suivant deux pôles : l’économique et le politique. Prendre des décisions pour tous avec toutes les contraintes extérieures qui nous sont parfois inconnues, d’autant plus dans des situations dégradées est un « métier ». Ai-je répondu à la question « Darwin a t’il eu tort d’avoir raison » ? Tout ce qu'il peut espérer, c'est d'avoir raison plus tôt qu'elle." Sujet 103256 La société, l'Etat, la justice, le droit en Philosophie Sujet 2132 La société a-t-elle nécessairement raison contre l'individu ? Tandis qu’une morale « ouverte » est celle du saint et du héros. FNéanmoins la controverse au sujet de la nature de la vérité d’une part, et d’autre part, la complexité et l’intimité des relations entre l’individu et sa société semblent relativiser cette thèse. Annales 2017 - Défendre ses droits, est-ce défendre ses intérêts ? C’est l’individu qui vit, respire et souffre. L’article propose une confrontation, au travers de sept enjeux intellectuels, entre la philosophie de l’existence et la sociologie de l’individu. Le franc-maçon se construit, s’améliore en tant qu’individu, cela ne devrait-il pas influer sur ses états de travailleur et de citoyen ? Cette dernière est justement l’œuvre des Saints et des héros : ils sont d’abord persécutés, bannis ; mais leur charisme suscite tellement d’enthousiasme et d’admiration qu’ils s’avèrent pas la suite irrésistibles. 2. Une réaction : Déchiré et insatisfait dans la société moderne, l'individu se retourne vers lui- même et considère la société comme le cadre incontournable à l'intérieur duquel il poursuit sa propre fin. Il ne s'agit pas de protéger l'individu de la société, qui reste une donné essentielle dans son accomplissement. La société peut-elle se passer de religion ? On peut donc légitimement penser que le règlement, la loi ou toute contrainte extérieure, doit passer au tamis de son éthique, de sa morale de ses valeurs pour être avalisé. _____________________ Tout le monde connaît le proverbe, paraît-il chinois, qui dit que « Quand le doigt montre la lune, l’idiot regarde le doigt ». C'est en ce sens que la société a raison de l'individu, comme lorsque La Fontaine constate que "la raison du plus fort est toujours la meilleure". Ainsi, la société, peut-on le penser, totalement incapable de se dérouiller seule et perdrait son statut même de société : ce ne serait qu’un peuple, un groupe d’individus qui chercherait à survivre au milieu de ses semblables. Annales 2008 - Y a-t-il d’autres moyens que la démonstration pour établir une vérité ? Seul un fait peut en démentir un autre. L’exercice de la liberté peut être plus ou moins contraint par la nature (selon les points de vue) mais doit, en tout état de cause, relever de l’individu et de sa raison et non pas de celle d’autrui. - La notion de vérité, celle de justice sont relatives : chaque société conçoit la vérité et la justice de façon propre, spécifique. Pas même de société. Alors tant qu’à agir pourquoi ne pas tout chambouler. Néanmoins la controverse au sujet de la nature de la vérité d’une part, et d’autre part, la complexité et l’intimité des relations entre l’individu et sa société semblent relativiser cette thèse. Etre citoyen c’est se penser, se positionner parmi ses semblables, comme faisant partie d’un ensemble auquel on apporte sa contribution mais duquel aussi on tire profit. ... L'obligation morale est-elle entièrement expliquée par la pression de la société sur l'individu ? Sujet 103652 Peut-on accorder une valeur à une croyance que l'on ne partage pas ?